Métiers, Prépresse
Commentaires 2

Le BAT (bon à tirer) en imprimerie d’exception

Bon-à-tirer-approuvé

Qu’est-ce qu’un BAT (Bon à Tirer) ?

Le BAT (Bon à Tirer) est la dernière étape avant l’impression : on effectue une simulation de l’impression d’après les éléments finalisés. C’est un accord du client sur le dernier élément avant le tirage. Le BAT (Bon à Tirer) se fait d’abord dans un but interne pour vérifier le travail accompli et pour soumettre également celui-ci à l’approbation du client. Le BAT dégage la responsabilité de l’imprimeur sur une éventuelle non correspondance du produit fini par rapport aux attentes du client. Quand tout est conforme, il signe alors cette épreuve et y appose la mention « BAT » ou « bon à tirer ». Si une erreur subsistait sur le BAT, le client peut alors demander des corrections ou des modifications, et un nouveau BAT sera fait pour revalidation.

Quelle est l’importance d’un BAT (Bon à Tirer) ?

Lorsque le client est satisfait et accepte le résultat, il signe et date le BAT (Bon à Tirer). Le Bon à Tirer déclenche alors le travail des grandes imprimeries, la réalisation de la forme imprimante et sera son référentiel. Il guidera l’imprimeur qui devra se conformer à « l’image » de ce bon à tirer tout au long du tirage.

Cette épreuve est soumise au client pour pouvoir vérifier la conformité de la mise en page, des textes, des images (colorimétrie en particulier) pour approbation. Ce document est dès lors contractuel, il indique l’approbation du client et engage l’imprimeur à obtenir le résultat attendu. Un bon à tirer assure de l’approbation du client sur la dernière impression réalisée avant le tirage complet ; une fois celui-ci signé, il n’y a pas de retour en arrière.

Le BAT (Bon à Tirer) : plus qu’une simple validation

 

Il arrive souvent que le BAT (Bon à Tirer) constitue une “simple étape” de validation, et que son importance soit minimisée : cependant l’erreur est humaine et une relecture précise, un contrôle des images et des couleurs constituent le succès de son impression. Un échange (ou plusieurs !) avec son imprimeur n’est pas une perte de temps lors de la signature du BAT, et constitue le dernier rempart avant l’envoi en impression. Car un BAT signé trop rapidement, un recontrôle trop rapide et non exhaustive de son document peut mener à de lourds coûts de réimpression ainsi qu’une large frustration…

Les grandes imprimeries vous accompagnent dans le travail de relecture et de contrôle de votre document. Le service prépresse joue un rôle considérable dans ces étapes, n’hésitez pas à leur faire confiance et échanger avec ces techniciens, qui vous fourniront un BAT (bon à tirer) complet.

2 commentaires

  1. Bonjour
    Je suis un ancien imprimeur et responsable de production dans une grosse imprimerie, suis actuellement en reconversion professionnelle et souhaite savoir s’il existe un métier spécifique associé au rôle de signataire du Bon à tirer machine.
    J’ai eu dans le cadre de mes anciennes fonctions pas mal de BAT à signer et souhaite valoriser mon expériences de 32 années dans l’imprimerie en devenant le mandataire client en charge de valider les BAT en entreprise soit en temps qu’intervenant privé ou en temps que salarié au sein d’une structure

  2. WWDesign says

    Le BAT devrait être obligatoire dans le domaine du print, après 10 ans en agence de com’ ça m’a évité quelques contentieux… Sinon pour gagner du temps je vous conseille d’utiliser clicktovalid (https://clicktovalid.com/) histoire de garder une trace de vos échanges…

Répondre à WWDesign Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *